Travaux de confortement du cercle d’évitage au droit de Darboussier

Les travaux de confortement du talus devant Darboussier ont débuté fin août pour une durée de 4 mois. Ces travaux sont cadrés par l’arrêté Préfectoral d’autorisation au titre du code de l’environnement des travaux de la tranche n°1 du Grand Projet de Port.

Lors des études du nouveau chenal, la proximité des berges de Darboussier au niveau du Mémorial Acte nous a conduits à raidir les pentes de talus pour conserver une distance suffisante entre le haut du talus et la rive. De ce fait, cette zone doit être confortée pour, en cas de séisme, éviter un éventuel glissement des terres qui pourrait réduire la hauteur d’eau dans le cercle d’évitage.

Darboussier-1

L’ouvrage en cours de réalisation est un rideau de palplanches (parois métalliques) de 430 mètres de longueur qui sera entièrement sous-marin et donc invisible et sans gêne pour la navigation. Les palplanches, situées au niveau de la crête du talus sous-marin, sont enfoncées dans le sol sur une hauteur de 18 m. L’ensemble du chantier est réalisé avec des moyens nautiques. Le prestataire titulaire du marché public est l’entreprise CAN, spécialisée en travaux maritimes.

Le budget global pour ce chantier est de l’ordre de 3 M€ HT.

La technique employée pour enfoncer les palplanches dans le sol sera celle du vibro-fonçage, couramment utilisée et bien maîtrisée. Les enjeux du chantier portent sur les impacts environnementaux pendant les travaux et notamment sur les nuisances vibratoires et sonores générées. Ces nuisances peuvent impacter les riverains et les constructions proches, mais également les mammifères marins.

Darboussier-2

Par mesure de précaution le GPMG a d’emblée interdit la mise en œuvre par battage dans le cahier des charges du marché de travaux et fixé des contraintes fortes sur les horaires de travail et les niveaux de bruit à ne pas dépasser. Il s’est adjoint les compétences d’un coordonnateur Environnement, EGIS-Environnement, pour garantir le respect de la règlementation et des procédures.

Un protocole de surveillance des mammifères marins a été mis en place en collaboration avec l’Agence des Aires Marines Protégées. Des observateurs indépendants surveillent quotidiennement le plan d’eau afin de vérifier qu’aucun animal n’est présent dans la zone pendant les phases de travaux. Le personnel de chantier a également suivi une formation spécifique en la matière.

Comme pour les travaux de dragage, la maîtrise d’œuvre des travaux est assurée par le PACR/Ingénierie et Grands Travaux. Les travaux ont débuté fin août et devraient se terminer en décembre 2016.

Vous pouvez consulter l’avis aux usagers relatif à ces travaux ainsi que le plan d’implantation.